CLUB - IAIDO CLAM LYON

Centre Lyonnais des Arts Martiaux
Centre Lyonnais des Arts Martiaux
Aller au contenu

Menu principal :

Le C.L.A.M. : Centre Lyonnais des Arts Martiaux
Il a été fondé au tout début des années 60 par Bernard et Josiane MONNERET autour du Judo et du Karate. Puis en 1965, il prend le nom de CLAM en y ajoutant l’Aïkido. C'était alors le premier club de la région à centraliser toutes les disciplines essentielles du Budo et à vouloir les présenter selon leurs caractéristiques d'origine : formatrices et non seulement sportives. Le Dojo des premiers jours, situé dans le 1er arrondissement de Lyon s'avérant trop exigu, est transféré à Vaise, Lyon 9ème, en Mars 1977, dans les spacieux locaux du 34 rue Marietton. Bernard Monneret, responsable et fondateur du Club, est professeur d'Aïkido, 6ème Dan, diplômé d'Etat 2ème degré. Il en a été le premier pratiquant (1960) de la région Rhône-Alpes, ainsi que de Karaté (1955), 3ème Dan aujourd’hui. Il a été également un des tous premiers en Judo, 4ème Dan aujourd’hui. Il est par ailleurs 1er Dan en Iaido et en Kendo. En bref, plus de 60 ans de Tatamis et presque autant d'expérience dans l'enseignement. Actuellement, il y est enseigné de façon très spécifique : l’Aïkido, le Iaido, le Judo, le Ju-jutsu et le Karate do, pour adultes mais aussi pour les enfants avec des cours appropriés. Depuis peu est venu s’ajouter le Taïchi. Il est aussi inculqué des rudiments de Ken-jutsu, de Jo-jutsu et autres disciplines parallèles se rapportant également à l'Energie. Toutes les disciplines citées sont des manifestations différentes du Budo. Elles ont en commun la recherche de l’efficacité martiale c'est-à-dire que les mêmes causes entrainent les mêmes effets. La pratique d’un Budo, un art guerrier, vise à la maitrise de son environnement. A l’origine, il s’agit d’interrompre l’agression, donc de se défendre. Mais aujourd’hui, on peut transposer cette maitrise aux situations de la vie courante, professionnelle, familiale…., en termes d’attitude, d’approche vis-à-vis de ses interlocuteurs.

P. DEGORS



Retourner au contenu | Retourner au menu